PLEION SA - Gestion De Fortune

HEBDO – Gestion de fortune

PERFORMANCES 2019

ActionsObligations
MSCI Monde+22.2%CHF Corp+2.9%
S&P 500+25.8%US Govt+7.9%
Stoxx 600+21.1%US Corp+14.2%
Nikkeï+17.0%US HY+12.0%
SPI+29.4%EUR Gvt+9.0%
Chine+28.3%EUR Corp+8.0%
Emergents+9.0%EUR HY+8.3%
DevisesMatières 1ères
USD index+2.3%Or+13.5%
EURUSD-4.0%Argent+9.3%
EURCHF-2.5%Pétrole+18.5%
USDCHF+1.7%CRB index+6.2%
USDJPY-0.1%
EM FX-4.3%

 

Chaînes invisibles
« Ceux qui ne bougent pas ne remarquent pas leurs chaînes »
Rosa Luxemburg

 

Les dragons de l’Asie du Sud-Est sont émoussés

La notion de « Dragons » en Asie du Sud-Est englobe Hong Kong, Taiwan, Singapour et la Corée du Sud. Ces dragons résilients sont sérieusement affectés par les violentes secousses subies par l’ordre mondial.

Au-delà des tensions commerciales et de la globalisation, la politique et la souveraineté sont devenues des sujets obsédants pour deux d’entre eux. En effet, ils sont directement concernés par le concept controversé de Grande Chine, qui fait référence à la zone géographique de partage des liens (commerciaux et culturels) dominée par les Chinois Han. Cette Grande Chine englobe la Chine continentale, Hong Kong, Macao, Taiwan et Singapour. En fin de compte, le parti communiste chinois désire que tous intègrent la Chine continentale.

People's republic of China

 

Hong Kong connaît sa crise la plus aiguë

L’ancienne colonie britannique n’a jamais été aussi proche de l’insurrection / de la guerre civile depuis la rétrocession de 1997. Deux nouveaux développements récents sont potentiellement explosifs. Premièrement, l’annonce du comité permanent selon laquelle le Congrès populaire national de Chine – et non les tribunaux de Hong Kong – a le pouvoir de statuer sur la constitutionnalité de la législation de Hong Kong. Deuxièmement, la loi sur les droits de l’homme et la démocratie de Hong Kong qui vient d’être adoptée par le Congrès américain. Dans ce contexte, les élections des conseils de district de Hong Kong sont devenues un référendum à la fois sur le gouvernement et les étudiants rebelles. La très forte participation atteste l’importance de ce vote. Certains craignent que le soutien important accordé aux partis prodémocratie / étudiants ne crée plus d’incertitude politique et économique. Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, est probablement un fusible commode après le vote. Shanghai et Shenzhen ne sont pas encore en mesure de remplacer Hong Kong en tant que centre financier de la Chine.

A la suite du vote prodémocratie, Beijing optera probablement pour davantage de patience

Un veto de Trump sur la loi relative à HK favoriserait un accord commercial mais jetterait de l’huile sur le feu politique

 

La politique a un impact irrémédiable sur les affaires

La situation à Taiwan est très complexe et à peine plus positive. Au cours du premier semestre, Pékin a envoyé ses avions faire le tour de l’île et intensifié ses efforts pour isoler Taiwan sur le plan international. Cette pression rappelle la crise de 1995-1996, lorsque la Chine avait perturbé le trafic aérien et maritime commercial en lançant des missiles près de Taiwan et que les États-Unis avaient envoyé deux groupes de transporteurs en réponse. Le président taïwanais, Tsai Ing-wen, résiste fermement à l’intégration avec la chine. Donald Trump n’a pas respecté les usages en parlant avec Tsai au téléphone après son élection, menaçant aussi d’ignorer la politique d’une seule Chine. La trêve précaire, qui dure depuis plusieurs décennies dans le détroit de Taiwan, est remise en question. Au grand dam de Xi, Tsai est largement en tête dans les sondages pour l’élection présidentielle de 2020.

Taïwan se trouve aussi entre le marteau et l’enclume au niveau business. Taiwan est en effet très dépendante de la Chine continentale, mais aussi des États-Unis. Par exemple, Taiwan dispose d’un avantage technologique confortable dans le domaine hautement stratégique des semiconducteurs haut de gamme. Incidemment, TSMC est le fabricant de référence de Huawei … En ce qui concerne le marché des smartphones, Taiwan est devenue de plus en plus vulnérable à la concurrence chinoise. Et les fabricants taïwanais de produits électroniques, sous la pression des droits de douane américains et de la hausse des salaires chinois, ont commencé à délocaliser certaines de leurs activités en dehors de la Chine continentale. Hong Hai (Foxconn) et Pegatron sont d’importants employeurs (plus d’un million) de travailleurs chinois. Cela pourrait devenir une question politiquement sensible si la délocalisation s’intensifiait.

La vigueur récente des exportations taïwanaises doit être considérée avec une pincée de sel

Il n’est pas évident que le pays bénéficierait finalement de l’affrontement entre la Chine et les États-Unis.

 

Les États-Unis appliquent une logique de base, comptable, à leurs alliés

Au cours des dernières années, Séoul n’a cessé de confirmer son allégeance à Washington. Elle a accepté un accord commercial bilatéral clairement à son désavantage. Elle s’est conformée à la volonté et à la stratégie erratique de Trump face à la menace nord-coréenne. Elle a accepté sans broncher une augmentation de 8% pour 2019 du coût de la protection militaire américaine, c’est-à-dire du maintien d’environ 30 000 soldats sur le terrain. La semaine dernière, l’administration américaine a présenté la « nouvelle » facture pour 2020, en multipliant le montant de 2019 par 5 ! Cette décision humiliante exaspère les politiciens sud-coréens, sans exception. A tel point que Séoul a annoncé des pourparlers de sécurité avec … la Chine pour discuter de la stabilité régionale.

 

Les relations entre la Corée du Sud et le Japon se sont nettement dégradées au cours de l’été dernier. Une décision de la Cour suprême de Séoul (sur les compensations relatives à la 2e guerre mondiale) a déclenché une confrontation administrative, suivie de restrictions à l’exportation réciproques et de menaces d’embargo. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les conglomérats sud-coréens qui dépendent de la haute technologie (composants électroniques) du Japon.

Trump et la politique de son administration sont une source de grande instabilité

Elle se répercute sur toute la région

Singapour a été, jusqu’à présent, l’exception, c’est-à-dire le seul dragon immunisé. Le pays bénéficie même indirectement de certaines entrées de capitaux.

  • La victoire indiscutable des candidats prodémocratie confirme le rejet par la population de HK de l’autoritarisme de Pékin
  • Rester prudent et sélectif pour des investissements dans la Grande Chine, car les nuages s’amoncellent
  • La prospérité économique et la performance de ces pays / marchés, si résilients par le passé, ne vont pas de soi au cours des prochaines années
  • Nous privilégions le fonds Vontobel China Leaders

 

Obligations La Fed est satisfaite de sa politique actuelle, mais reste prête à en faire plus

La dernière réunion du FOMC a vu la 3ème baisse consécutive des Fed Funds de 25 bps depuis juillet. La Fed se contentera d’évaluer la meilleure direction pour les Fed Funds. Ceci, avec le ton prudent de Powell, indique clairement que la Fed veut prendre son temps. Les minutes renforcent ce message, la plupart de ses membres considèrent les perspectives économiques comme positives. Ils ont souligné la vigueur du marché du travail et des dépenses de consommation, tandis que les tensions commerciales et les risques géopolitiques se sont quelque peu atténués.

Néanmoins, les risques économiques restent orientés à la baisse. Ils restent prudents vis-à-vis des risques financiers, soulignant les déséquilibres sur le marché de la dette privée. De manière générale, le FOMC semble être plus préoccupé par des facteurs externes que domestiques.

Fait intéressant, certains participants qui ont voté pour une baisse de taux ont estimé qu’ils auraient pu privilégier un statu quo. Toutefois, les investisseurs ont été déçus par les conditions préalables à la nouvelle baisse de taux. Les minutes montrent que les responsables ont jugé que la position actuelle était bien calibrée. Le travail de la Fed est terminé pour le moment, à moins que quelque chose ne se passe pas comme prévu. Cela fait écho aux récents commentaires de Powell et Clarida.

C’est un signal restrictif qui pourrait signifier la fin de cet ajustement de milieu de cycle. Aucune autre baisse n’est à prévoir cette année

Les marchés semblent quelque peu douter de la vision de la Fed. Une autre baisse de taux de 25 pbs est déjà escomptée d’ici mi-2020, et une autre avec une probabilité de 40% d’ici fin 2020.

Un accord commercial de phase 1 avec la Chine permettrait d’atténuer une partie de ce pessimisme et d’offrir un meilleur contexte à l’économie mondiale. Cela prend plus de temps que prévu . Bien que la récession ne soit pas le scénario le plus probable, nous connaîtrons certainement une croissance du PIB inférieure au potentiel. Le consensus s’attend à 1,8% en 2020 contre 2,3% en 2019, l’inflation devant rester proche de la cible de la Fed, autour des 2,0%. Il existe de fortes chances d’une autre baisse de taux au T1 2020

FED Funds furtures 2019 - 29 novembre 2019

Trump a mentionné qu’il avait discuté de taux d’intérêt négatifs avec Powell. La Fed a encore une fois exclu cette option. Alors que d’autres pays l’ont fait, il existe des différences entre le système financier américain et les autres. Les expériences étrangères ne constituent pas un guide utile pour savoir si les taux négatifs seraient efficaces. Si les choses se dégradaient fortement, la Fed privilégierait une baisse des taux longs vers zéro (QE), ce qui permettrait au gouvernement de financer de vastes projets d’infrastructure à faible coût.

  • Une nouvelle baisse de taux nécessiterait une réévaluation significative des perspectives par la Fed
  • Les obligations à court-terme restent chères

 

Devises. Lagarde consciente des effets secondaires

La présidente de la BCE, Mme Lagarde, a parlé de «L’avenir de l’économie de la zone euro». Elle a d’abord confirmé que la politique monétaire resterait inchangée, mais que la BCE surveillera en permanence les effets secondaires de sa politique. Deuxièmement, la politique monétaire fera l’objet d’un réexamen stratégique qui devrait débuter sous peu. Elle n’a pas offert de nouvelles indications mais a donné l’image d’une BCE accommodante.

Elle ne donne pas l’impression de préparer le terrain pour davantage d’assouplissement. Les prochaines mesures ne seront pas évoquées avant le mois de mars au plus tôt et uniquement si l’inflation de base reste trop faible.

Euro sentix anticipé - 29 novembre 2019

Les perspectives de croissance de la zone euro sont restées très faibles en novembre. L’indice PMI composite est passé de 50,6 en octobre à 50,3 en novembre. Ces niveaux indiquent une croissance positive mais très molle au T4 2019. Cependant, certains indicateurs avancés se stabilisent, voire s’améliorent. Cela pourrait nourrir une réduction du positionnement spéculatif vendeur. Pour le moment, les spéculateurs n’ont pas réagi à l’amélioration de l’indice des surprises économiques.

Euro Economic surprise Index - 29 novembre 2019

  • Les premiers signes d’une reprise apparaissent, indiquant que la région engage peut-être un tournant
  • Cela pourrait soutenir un rallye de fin d’année de l’euro

 

Actions. Consolidation dans le rallye de fin d’année

Certains indicateurs techniques suggéreraient une consolidation des bourses ; c’est ce qui s’est passé la semaine dernière. Mais l’objectif reste les 3’200 sur le S&P 500, puisque ce niveau correspond au haut du couloir du bull market, engagé il y a plus de 10 années. Pour l’Euro Stoxx, c’est 3’830, le SPI 13’000 et le MSCI Monde 2’400. Un potentiel de hausse globale entre 4% et 6%. La force des actions vient de la hausse des liquidités dollars (Fed) et de l’amélioration des indicateurs PMI Manufacturier, tout en restant en phase de contraction (PMI en-dessous de 50) en Allemagne, US et Chine.

Plus de 10 années de bull market du snp500 - 29 novembre 2019

Les indicateurs manufacturiers soft arretent de se degrader - 29 novembre 2019

A court terme, les facteurs qui pourraient soutenir les actions sont un accord commercial entre les États-Uniset la Chine (cela dépendra aussi du contenu de l’accord), et de bonnes ventes de fin d’année avec le Black Friday (29 novembre), le Cyber Monday (2 décembre) et Noël. Les ventes-records sur la plateforme d’Alibaba ($30 milliards) sur la seule journée du Singles Day (11.11) ont montré la résilience de la consommation des ménages dans une phase de ralentissement économique global.

Cependant, à l’approche du haut du couloir du bull market du S&P 500, des analystes soulignent le risque d’une correction plus marquée en raison de quelques indicateurs défavorables, comme une corrélation positive entre le S&P 500 et le VIX ou la faible corrélation entre les plus grandes capitalisations boursières du S&P 500.

Les analystes de Citigroup ont établi que les 50 plus grandes valeurs du S&P 500 offrent une très faible corrélation entre elles, traduisant un environnement favorable au stock picking et un niveau marqué de complaisance sur le risque macroéconomique. Si l’on en croit le modèle de la Fed d’Atlanta, la progression du PIB US au 4ème trimestre ne devrait être que de 0.4% !

  • Le potentiel de hausse du S&P 500 est limité à 3.5% : casser la résistance des 3’200-3’220 sur le S&P 500 sera difficile
  • Nous avons conscience de la situation et n’accompagnons cette hausse que d’un point de vue tactique. Nous restons vigilants et prêts à protéger les portefeuilles

 

Actions. La belle performance des sociétés du ciment

En 2019, les cours des actions de Lafargeholcim, Heidelberg, Martin Marietta et Vulcan ont respectivement progressé de 28%, 28%, 52% et 42%.

Les sociétés de ciment évoluent dans un environnement favorable :

  1. Coût de l’énergie relativement bas.
  2. Capacité à créer de la valeur par ventes d’actifs et/ou acquisitions.
  3. Conditions financières positives.
  4. Augmentation dans les années à venir des dépenses en infrastructure classique et pour l’environnement (Green New Deal) dans les pays développés pour soutenir l’économie et répondre aux demandes de la vague politique verte (Europe).
  5. Urbanisation dans les pays émergents.
  6. Prix du ciment en hausse grâce à la demande et à la disparition des surcapacités en Chine. « La Chine est devenue un des marchés cimentiers les plus rentables au monde, note UBS. En 2018, les prix y ont augmenté de 22 % ». Lafargeholcim détient 42% du capital du chinois Huaxin.
  7. Stabilisation des devises émergentes. En 2018, Heidelberg a souffert avec sa filiale turque.

Dans l’écologie, le ciment aura sa place : maisons efficientes, réseaux d’eau potable, infrastructures résilientes. Depuis 1990, l’industrie du ciment a réduit de 18% par tonne de ciment produit ses émissions de CO2. Mais il reste un des plus importants pollueurs en termes d’émissions de CO2, provenant de la fabrication du clinker, un des constituants du ciment.

Emissions de CO2 par pollueur - 29 novembre 2019

Selon l’International Energy Agency, la production de ciment va augmenter entre 12% et 23% d’ici 2050.

  • L’expansion des multiples explique aussi la bonne performance boursière du secteur.

Sur le long terme, le secteur Materiaux pour la construction - 29 novembre 2019

  • On préfère Lafargeholcim qui a un profil diversifié et défensif avec une valorisation de CHF 56 par action
  • Malgré une évaluation boursière généreuse, Sika reste une valeur de choix dans les spécialités chimiques pour la construction (additifs de ciment, adjuvants de béton, adjuvants pour mortier sec et gypse, systèmes d’étanchéité, réparation, collage) Nous valorisons l’action à CHF 190

 

 

Disclaimer

Ce document est uniquement à titre d’information et en aucun ne peut être utilisé ou considéré comme une offre ou une incitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières ou d’autres instruments financiers. Bien que toutes les informations et opinions contenues dans ce document ont été compilés à partir de sources jugées fiables et dignes de foi, aucune représentation ou garantie, expresse ou implicite, n’est faite quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. L’analyse contenue dans ce document s’appuie sur de nombreuses hypothèses et différentes hypothèses peuvent entraîner des résultats sensiblement différents. Les performances historiques ne sont nullement représentatives des performances futures. Ce document a été préparé uniquement pour les investisseurs professionnels, qui sont censés prendre leurs propres décisions d’investissement sans se fier indûment à son contenu. Ce document ne peut pas être reproduit, distribué ou publié sans autorisation préalable de PLEION SA.