PLEION SA - Gestion De Fortune

HEBDO – Gestion de fortune

PERFORMANCES 2019

ActionsObligations
MSCI Monde+20.0%CHF Corp+2.4%
S&P 500+23.4%US Govt+7.2%
Stoxx 600+20.2%US Corp+13.0%
Nikkeï+15.6%US HY+11.9%
SPI+26.6%EUR Gvt+8.5%
Chine+29.7%EUR Corp+7.8%
Emergents+8.1%EUR HY+7.9%
DevisesMatières 1ères
USD index+2.3%Or+14.5%
EURUSD-4.1%Argent+9.8%
EURCHF-3.5%Pétrole+17.0%
USDCHF+0.7%CRB index+6.8%
USDJPY-0.9%
EM FX-3.8%

 

L’influence (soft power) française

Le président français vient d’inaugurer à Shanghai la troisième antenne étrangère de l’emblématique Musée d’art contemporain Pompidou. C’est la seule institution artistique étrangère de ce type autorisée en Chine à ce jour. Son inauguration s’engage par une exposition intitulée «La forme du temps», qui présente des oeuvres de Wassily Kandinsky, de Zhang Huan, de Christian Boltanski, de Cristina Iglesias, etc. A priori, c’est une message d’ouverture envoyé par le régime communiste qui pourtant combat officiellement l’occidentalisation de la société chinoise, que ce soit en politique ou dans les domaines de l’art et de la culture. Mais, les autorités chinoises ont stigmatisé quelques oeuvres qu’elles trouvaient impropres à l’exposition publique. Parmi les victimes de la censure, il y a Cao Fei, une jeune artiste chinoise emblématique qui condamne notamment le «Grand mur numérique».

Une seconde vie urbaniste

Macron s’inspire de C. de Gaulle / J. Chirac en matière de promotion de la différence française. Son actuelle offensive de charme vers la Chine est une tentative de redressement du déficit commercial avec Beijing. À cet égard, sa promotion spectaculaire du boeuf français, en période de tensions commerciales avec les États-Unis et de crise aiguë du porc en Chine, est opportuniste et très symbolique. Plus subtilement, Emmanuel Macron se présente également en tant que principale référence / négociateur en chef en ce qui concerne les discussions en cours sur un accord de libre-échange (entre l’UE et la Chine) qui pourrait être signé en 2020.

Le vide créé par le déclin de l’Allemagne / Merkel ouvre une fenêtre
Macron travaille sans relâche pour restaurer l’influence de la France en tant que Nation

C. Lagarde est une fervente partisane du « gender budgeting  » (nouveau type de politique économique établi par… les femmes). Une autre nomination importante (féminine) a aussi eu lieu récemment, celle de Mme U. Von der Leyen. L’avenir nous dira si cela signifie réellement des changements concrets en termes politiques. Madame Lagarde a également montré ses compétences pour affronter des situations délicates dans les relations internationales. À Bercy, elle s’est déjà frottée à ses futurs partenaires européens, alors que la France ne respectait pas les règles / contraintes fiscales. Elle a su rassurer les tenants les plus conservateurs de l’austérité, en gérant la crise de la dette grecque. Elle a également survécu à l’enquête sur l’affaire Tapie (Crédit Lyonnais) et a été soutenue par le FMI. En matière de politique monétaire, son profil de colombe innovante / pragmatique est très adapté aux conditions économiques actuelles. Mais sa période d’initiation sera courte, compte tenu des turbulences / dissensions actuelles au sein du Conseil des gouverneurs de la BCE.

Un possible pacte monétaire entre la Chine et les Etats-Unis pourrait également pousser Christine Lagarde à sortir rapidement de sa zone de confort!
C. Lagarde apporte à la BCE une nouvelle communication et un visage sympathique
Elle connaît bien Macron (qui a soutenu sa candidature à la BCE) et est respectée par les hauts responsables allemands

  • Le duo glamour Macron / Lagarde symbolise la résurgence du soft power de la France
  • L’évolution prochaine de leurs relations avec la Chine mérite une attention toute particulière
  • Elle montrera leur capacité d’améliorer le statut de l’Europe et de défendre ses intérêts à court terme (notamment le commerce et la monnaie)

 

Devises. Une BoE pas très claire

Les opposants au ton accommodant ont été surpris par 7 voix contre 2, malgré un rapport de la BoE encore assez restrictif. Les orientations officielles continuent de mettre en évidence la nécessité d’un léger resserrement monétaire, d’une ampleur limitée et progressive. Mais les minutes ont montré une prise de conscience accrue des risques de dégradation et ont fait référence pour la 1ère fois à un besoin potentiel d’assouplissement. La vision centrale de la BoE demeure restrictive; nous ne la partageons pas.

Les minutes suggèrent que les perspectives de politique monétaire sont évidemment liées aux développements du Brexit et, par extension, aux résultats des prochaines élections législatives. Ce n’est pas nouveau. Cependant, la BoE a fortement révisé à la baisse ses perspectives d’inflation. Elle s’attend à ce que l’inflation reste en deçà de son objectif jusqu’au T3 2021, contre le T3 2020 précédemment. Cela signifie qu’une baisse de taux est de plus en plus probable. Au total, les perspectives de politique monétaire restent très incertaines.

  • Attendre les résultats électoraux
  • Les pressions sur le GBP demeureront baissières jusqu’aux élections de fin d’année

Pressure easing - 15.11.19

 

Devises. La RBA vers un assouplissement non-conventionnel

Les discussions sur la politique monétaire étaient particulièrement intéressantes. La déclaration fournit l’analyse la plus ouverte jamais vue. Le conseil est conscient que les taux sont déjà très bas et que chaque nouvelle baisse rapprocherait du point où d’autres options stratégiques entrent en jeu. C’est la référence la plus nette à des politiques non-conventionnelles jamais mentionnée. Jusqu’à présent, c’était peu probable. Cependant, il n’y a pas d’engagement ferme à aller dans cette direction, mais la RBA indique que cela pourrait être envisagé. D’autres commentaires ont également signalé que le cycle de baisse des taux touche à son terme. Les deux dernières baisses ont déjà un impact, permettant aux prix de l’immobilier à Sydney et à Melbourne de toucher un point bas. Cette déclaration fournit les informations les plus claires sur la réflexion de la RBA sur la politique à suivre en 2020. La probabilité que d’autres options politiques pourraient entrer en jeu, une fois que les taux auront atteint un certain seuil, est assez importante. La reconnaissance du fait que les prix des actifs constituent un canal positif supplémentaire de la politique monétaire est importante.

La vue d’ensemble de la RBA sur la croissance, bien que largement inchangée par rapport à août, semble toujours trop optimiste. D’autre part, les déceptions sur les salaires, l’inflation et le taux de chômage montrent clairement que la RBA ne croit pas que son travail soit terminé et que nous pouvons donc nous attendre à une action ultérieure de sa part en 2020.

AUD USD - 15.11.19

Les monnaies asiatiques figurent parmi les monnaies les plus performantes au monde la semaine passée, le CNY se renforçant pour atteindre son plus haut niveau depuis août. La tendance haussière survient alors que les États-Unis et la Chine semblent progresser dans les négociations commerciales.

  • Il est presque certain que la RBA ne bougera pas en décembre. L’adoption de politiques non-conventionnelles est la prochaine étape pour 2020
  • Le potentiel haussier de l’AUD est toujours là

 

Actions. Les cours des actions des sociétés parapétrolières bondissent

Les deux grandes sociétés parapétrolières américaines, Halliburton et Schlumberger, ont vu les cours de leurs actions progresser, dans le sillage de l’ensemble du segment Value. En septembre, l’action Halliburton était au plus bas depuis 2009 et celle de Schlumberger depuis 2004. Après une hausse importante des dépenses dans les équipements pour la production de pétrole jusqu’au pic de 2014, les dépenses ont chuté en 2015 et 2016. Depuis les dépenses n’ont cessé de croître, sans jamais revenir vers les sommets.

Après l’expérience de 2014, les producteurs de pétrole se concentrent sur la gestion des coûts et la solidité des dividendes pour les grands groupes intégrés. Chesapeake Energy, un important producteur américain dans le schiste, a averti que les prix du pétrole et du gaz étaient trop bas, affectant les investissements. Aux Etats-Unis, les investissements dans le gaz/huile de schiste reculent.

Cet avertissement n’a pas empêché les cours des actions d’Halliburton et de Schlumberger de remonter. L’intérêt sur Halliburton et Schlumberger ne repose pas sur les revenus, mais sur les mesures prises pour réduire les coûts opérationnels et leur capacité à garder leurs positions concurrentielles. Ils profiteront d’un effet de levier sur les profits lorsque les investissements repartiront aux Etats- Unis et accéléreront à l’international.

  • On profite de l’intérêt porté au segment Value, dont le secteur Energie fait partie
  • Schlumberger pourrait rebondir sur les $45-46

 

Actions. L’IPO d’Aramco, à relativiser

Le prospectus de l’IPO d’Aramco est sorti, sans révéler la taille de l’opération. Le processus d’allocation commencera le 17 novembre pour se terminer le 4 décembre ; la divulgation du prix initial et le pourcentage du capital qui sera coté en bourse seront annoncés le 5 décembre. Dans un premier temps, seuls 5% du capital d’Aramco seront cotés. Il y aurait une première cotation sur la bourse saoudienne Tadawul en décembre (entre 1% et 2% du capital), puis une cotation internationale au 1er semestre 2020 (entre 4% et 3%) ; cela serait Londres, Tokyo, Hong Kong ou New York (faible probabilité à cause du USA Patriot Act). Les investisseurs individuels auront la portion congrue, avec à 0.5% du capital ; le solde des 4.5% ira aux investisseurs institutionnels.

La valorisation estimée est large, allant de $1’200 milliards à $2’300 milliards. En tenant compte des évaluations boursières des majors, nous calculons une valeur entre $1’450 et $1’900 milliards. On parle de la plus grande IPO jamais lancée, mais seulement 5% du capital seront cotés, soit un flottant entre $70 et $100 milliards, dont seulement la moitié sera sur une place internationale.

Coïncidences défavorables pour Aramco ? 1) L’Iran vient d’annoncer la découverte de réserves de pétrole de 53 milliards de barils, augmentant ses réserves d’un tiers, le même week-end que la publication du prospectus de l’IPO d’Aramco. 2) l’annonce du prix sera le 5 décembre, le jour de la réunion biannuelle de l’OPEP à Vienne, un moment mal choisi. Avec la Russie, l’OPEP discutera de la stratégie à adopter pour soutenir les prix du brut.

  • Il faut relativiser cette IPO qui sera, dans un premier temps, très petite à l’international
  • On attendra la valorisation des investisseurs institutionnels internationaux avant de s’intéresser à Aramco
  • Dans le prospectus, Aramco avertit que des actes de guerre et de terrorisme affecteraient les cours des actions.

 

Actions. Disney et McDonald’s

Disney a lancé sa TV en streaming le 12 novembre, Disney+. La société possède déjà Hulu, N°3 aux Etats-Unis en termes de nombre d’abonnés. Disney+ a un catalogue solide de films avec les franchises Guerre des étoiles, Pixar et Marvel. Le démarrage de Disney+ est un succès, puisqu’il a atteint le seuil des 10 millions d’utilisateurs aux Etats-Unis après 2 jours. Disney+ est pour le moment le seul compétiteur sérieux face à Netflix et ses 160 millions d’abonnés. Disney va sortir la suite de la saga Avatar avec Avatar 2 en décembre 2020 en Inde, puis début 2021 dans le monde, puis suivront les 3 autres films en 2023, 2025 et 2027.

On profite de la baisse du cours de l’action McDonald’s, qui a chuté 14% depuis début septembre, pour racheter le titre. La principale raison de la baisse du cours est la violente rotation sectorielle du segment Croissance vers le segment Value, qui a fortement pénalisé les sociétés de consommation de base. Mais les fondamentaux de McDonald’s restent excellents et la société regagne des consommateurs avec de nouveaux concepts et services comme McDelivery. Les revenus se stabilisent après des années de contraction.

  • Nous avons acheté une reverse convertible sur Disney et McDonald’s

 

Disclaimer –
Ce document est uniquement à titre d’information et en aucun ne peut être utilisé ou considéré comme une offre ou une incitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières ou d’autres instruments financiers. Bien que toutes les informations et opinions contenues dans ce document ont été compilés à partir de sources jugées fiables et dignes de foi, aucune représentation ou garantie, expresse ou implicite, n’est faite quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. L’analyse contenue dans ce document s’appuie sur de nombreuses hypothèses et différentes hypothèses peuvent entraîner des résultats sensiblement différents. Les performances historiques ne sont nullement représentatives des performances futures. Ce document a été préparé uniquement pour les investisseurs professionnels, qui sont censés prendre leurs propres décisions d’investissement sans se fier indûment à son contenu. Ce document ne peut pas être reproduit, distribué ou publié sans autorisation préalable de PLEION SA.