PLEION SA - Gestion De Fortune

Fusion de Probus et de Pleion

Les deux gérants indépendants genevois Probus et Pleion vont fusionner pour créer un groupe pesant quelque CHF 4 milliards d’actifs en gestion.

Si les différentes sociétés du groupe au niveau mondial seront détenues par Probus Holding, les activités en Suisse s’effectueront sous la marque Pleion, qui absorbe ainsi la société de gestion Probus Compagnie, Probus Advisory et Probus Trustees. Les activités en Suisse seront dirigés par Patrick Héritier, actuellement CEO de Pleion. Cette nomination et la transaction sont soumises à l’approbation de la FINMA.

Le nouveau groupe comptera plus de 200 collaborateurs (dont 60 en Suisse), répartis dans les 6 bureaux en Suisse (Genève, Berne, Nyon, Sion, Verbier et Zurich) et 6 implantations à l’étranger (Bangkok, Dubaï, Luxembourg, île Maurice, Monaco et Moscou).

Créée en 1980 sous le nom de Plurigestion, Pleion est bien ancrée en Suisse à travers 6 bureaux et est active à l’étranger grâce à des partenaires à Monaco, à l’île Maurice et au Luxembourg. Pleion gérait CHF 1.2 milliard en 2020 et comptait à l’époque 32 employés. Ayant développé en interne des applications propriétaires, elle dispose d’une infrastructure informatique permettant la consolidation de portefeuilles déposés dans différentes institutions et un suivi du risque quotidien automatisé.

Fondée en 1984 par Georges de Preux, Probus est plus tournée vers l’étranger, avec des implantations à Dubaï, Moscou et Bangkok. Elle dispose d’une expertise dans les marchés émergents et la structuration de patrimoine. Véritable artisan de la fusion, Georges de Preux est malheureusement décédé une semaine avant qu’elle ne devienne effective.

Le groupe sera détenu par 4 actionnaires principaux : Georges de Preux (ou plutôt ses héritiers) et Bernard Bonvin – issus de Probus -, Antoine Darioli et Patrick Héritier – provenant de Pleion. Dirigé par un collège formé des 4 actionnaires, il encadrera les orientations et le développement du Groupe en Suisse et à l’étranger.

 
 
Veuillez cliquer ici pour consulter la version originale, publiée par financecorner.ch.